jeudi 24 novembre 2016

Brigadistes et le Caïman à Nantes, un rendez-vous à ne pas manquer.

Les éditions du Caïman, c'est une "petite" maison qui a tout d'une grande.

Outre des publications remarquées, plusieurs fois primées, le Caïman se distingue par son dynamisme, le sérieux avec lequel ils travaillent leurs manuscrits (c'est de la qualité) et la franche camaraderie qui règne parmi les auteurs de "l'écurie", bien sûr éditeur compris : Jean-Louis Nogaro est la crème des .hommes, ce qui n'est pas incompatible avec un professionnalisme remarquable.

Alors quand le Caïman se déplace à Nantes (à la librairie Durance), c'est une belle occasion d'aller à leur rencontre. Le samedi 3 décembre, à partir de 16 h chez Durance, il y aura une "rencontre" pour parler - surtout, mais sans doute pas que - de Brigadistes, un recueil de textes ayant pour thème la guerre d'Espagne.

Pour en savoir un peu plus sur Brigadistes, c'est sur le site du Caïman : http://www.editionsducaiman.fr/



samedi 3 septembre 2016

Fessée cul nu... Le Poulpe dans Aaarg !

Le numéro 5 du magazine Aaarg ! vient de paraître. Désormais bimensuel, ce magazine de "bandes dessinées et culture à la masse" propose 130 pages de BD et de textes percutants. Il n'est déjà plus en stock sur le site, mais disponible partout en kiosque et maisons de la presse.

Cerise sur le gâteau, Aaarg ! propose dans chaque numéro une nouvelle où l'on retrouve le Poulpe confronté aux élections présidentielles qui approchent... Après un morceau d'anthologie signé JB. Pouy dans le n°4, c'est ma pomme qui m'y suis collé ici, avec un(e) Fessée cul nu bien mérité(e)...

mercredi 20 juillet 2016

Festival du polar corse et méditerranéen 2016 : quelques images


Ça, c'est la mer.
Florence Bremier et Jean-Paul Ceccaldi. On est au port de Toulon et l'on vient d'apprendre l'horreur de Nice.

Le festival se termine toujours chez Jean-Pierre Orsi. Un endroit tenu secret, dans le maquis.


Les filles pipelettent. C'est bien normal. Ici Laurence Biberfeld et Florence Bremier.

Anouk Langaney tente d'arracher trois phrases à Jean-Paul Ceccaldi. Elle en aura deux. C'est bien.

Marie Van Moere, Florence Bremier et Laurence Biberfeld. Elles n'ont pas l'air comme ça, mais à elles 3 elles constituent un panorama du polar plutôt remarquable. Chacune dans son genre, elles sont au top. À lire !


Il faut bien vivre. Première journée de festival annulée pour cause de deuil national. On pense ce qu'on veut. Nous, on a faim....

On attend le bateau qui relie Ajaccio et Porticcio.

Re bouffe...

Super Lucienne er Super Jean-Charles. Lucienne est la présidente de l'association. Sans elle il ne se passerait rien. C'est juste un amour.
Le "after". Tchin ! 

Départ pour Porticcio. Laurence raconte une histoire d'un type qui aurait un pif long comme ça...

samedi 9 juillet 2016

Festival du polar corse et méditerranéen : c'est reparti pour 2016 !

Bon, les enfants, il va falloir songer à ressortir les lunettes de soleil. C'est la dixième édition de ce festival qui démarre le 15 juillet prochain à Ajaccio. On aura encore les lumières des feux d'artifice plein les yeux, mais on s'en fiche : le spectacle est là-bas.
Le 15 juillet, place Foch à Ajaccio, il y aura du monde à l'ombre des palmiers. Le mieux, pour savoir qui, est encore d'aller jeter un coup d’œil sur le site des éditions Ancre latine. Je pense les connaître tous (sauf Lora K, une énigme, il fallait bien ça parce qu'on est en terre polardeuse, quand même), et tous ont, chacun à sa façon, ce petit truc "qui fait mal, qui fait mal..." mais qui fait du bien quand on les lit, et quand on les écoute. Cette Lora K. m'intrigue. À chaque fois que je suis allé en Corse, j'ai découvert des pépites (le Sherlock Holmes d'Ugo Pandolfi, le "Même pas morte !" d'Anouk Langaney, le "Petite louve" de Marie Van-Moore, les romans de Florence Bremier, et plein d'autres). Il y aura, c'est sûr, cette année encore, de belles choses (Olivier Collard présente un Poulpe corse, ça s'est déjà fait, mais...).
Bref. Rendez-vous le 15 juillet à Ajaccio à partir de 16 heures jusqu'à pas d'heure, puis le 16 à Porticcio.